Ville de Paris

Évènement

Le Charivari, bal et fête costumés : dimanche 26 juin

Mise à jour le 21/06/2022
Après avoir fêté le caricaturiste Gavarni (2016), la mode et la gastronomie du XIXe (2017), les petits métiers disparus (2018) puis le bicentenaire de la naissance de Jacques Offenbach (2019), le Conseil de Quartier Pigalle-Martyrs, soutenu par la Mairie du 9e, a choisi pour relancer le « Charivari » le thème de la « Nouvelle Athènes ».
La fête se tiendra à l’hôtel Dosne-Thiers et sur la place Saint-Georges, le 26 juin, entre 14h30 et 19h, et on recommande d’y venir costumé, un détail pouvant suffire à évoquer la période (chapeau à plumes, haut de forme en carton, canotier, bonnet blanc, jupe longue, manches gigot, rubans, etc.).

Au programme

  • à l'hôtel Dosne-Thiers :
    - au rez-de-chaussée : illustration de métiers d’art pour faire connaître le savoir-faire de nos artisans (14h30 - 18h)
    - au premier étage : concerts avec le Choeur C'POP, Jean-Pierre Mathieu ; Carine Gutlerner (14h30 - 16h45). Puis échange avec M. Didier Chagnas, historien, membre de l'association 9e Histoire "Si la Nouvelle Athènes m'étais contée…" (17h - 17h45)

  • sur la Place Saint Georges :
    - démonstration de danses d’époque avec la célèbre troupe de danse historique Carnet de Bals (16h30- 19h)
    - buffet participatif (16h30 - 19h)
Pour en savoir plus :
Il y a deux siècles, sous la Restauration, fût créé entre la rue de la Tour des Dames et la rue Saint-Lazare un lotissement baptisé « Nouvelle Athènes », un nom significatif du philhellénisme des élites européennes d’alors, du retour en vogue du style gréco-romain, de l’antiquisant, du néo-classique puis du souci de nos salonard(e)s de libérer la Grèce du joug ottoman. Cette guerre d’indépendance, financée en partie par nos riches héritiers malgré les réticences des gouvernements, durera dix ans et s’achèvera avec l’installation à Athènes d’un prince bavarois choisi parce que peu susceptible de faire de l’ombre aux autres monarques. L’appellation « Nouvelle Athènes » va désigner les beaux hôtels particuliers du début de la rue de la Tour des Dames puis s’étendre petit à petit à l’ensemble du quartier, jusqu’à la fameuse place Saint-Georges, où se croisaient toutes les célébrités artistiques de ce temps
M9

Paris.fr ne fait aucun suivi publicitaire et ne collecte aucune donnée personnelle. Des cookies sont utilisés à des fins statistiques ou de fonctionnement, ainsi que d'analyse (que vous pouvez refuser ici), nous permettant d'améliorer le site en continu.

Plus d'informations